Bilan de l’année 2018

Chers membres de l’Ajir,

 

Vous trouverez le bilan de l’année 2018, avec notamment les points-infos organisés. Il n’y a pas eu de voyage, car en septembre 2017 nous avions eu celui au Maroc, à Rabat et à Fès, sur le thème de la mobilisation contre l’islamisme. Ce voyage aidera sans aucun doute celles et ceux qui y ont participé pour couvrir la visite du pape François les 30 et 31 mars à Rabat et Casablanca.

Plusieurs autres grands rendez-vous nous attendent cette année : la restructuration de l’organisation du culte musulman, la loi de 1905 qui pourrait bien être revisitée, la révision de la loi de bioéthique, le sommet sur les abus sexuels à Rome en février, les prochains voyages du pape à Abou Dhabi, dans le monde orthodoxe, et à confirmer au Japon et à Madagascar au second semestre. Mais l’actualité ne se limite bien sûr pas pour nous aux déplacements du pape, mais bien à la vie de toutes les religions et spiritualités, à leur place et leur implication dans la vie de la société, à l’heure où la nôtre traverse une crise aiguë.

L’année 2018 a été aussi marquée par la perte inestimable de l’ami Jean, Jean Mercier, le 19 juillet, après un combat acharné contre la maladie, qui ne l’avait pas empêché de publier son «  Monsieur le curé fait sa crise » dont il a pu goûter le grand succès. Plusieurs d’entre vous ont écrit des lignes très belles sur le grand professionnel, rédacteur en chef adjoint à La Vie, le talentueux et généreux confrère qui s’est montré aussi courageux et tenace dans la maladie que dans sa vie de journaliste chrétien. Il nous manque beaucoup, il manque à la profession.

Une profession qui voit arriver de nouvelles plumes. Le Prix 2018 « Ajir-Jeunes journalistes » a rassemblé une moisson de très bons reportages, et le jury a eu bien du mal à choisir le lauréat, en l’occurrence une lauréate avec un reportage sur les Mormons. Paradoxalement ou non, en ces temps de sécularisation de la société, l’intérêt pour les sujets religieux monte semble-t-il chez les jeunes des écoles de journalisme.

C’est de bon augure.
Geneviève

Rédiger un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas affichée. Les champs requis sont marqués par un *.